Vous êtes ici

Contrats Natura 2000

Les contrats Natura 2000, une volonté d’engagement

Les propriétaires ou gestionnaires de terrains inclus dans le site Natura 2000 peuvent conclure des contrats Natura 2000 pour effectuer des travaux de restauration ou de conservation des habitats et des espèces. Pour les exploitants agricoles, le contrat Natura 2000 prend la forme de mesures agro-environnementales territorialisées (MAET).

 

Les contrats en cours sur le val d’Allier 63

 

Elimination du Grand Lagarosiphon et de la Jussie sur l’étang des boires à Pont-du-Château

 
 
L’étang des Boires était l’unique station de Lagarosiphon connue sur le département du Puy-de-Dôme. Pour supprimer cette station, la commune de Pont-du-Château, propriétaire de l’étang a élaboré avec l’aide du Conservatoire et signé en 2011 un contrat Natura 2000. Le Lagarosiphon étant une plante exclusivement aquatique, l’objectif du contrat est de rehausser le fond de l’étang de manière à avoir un assec estival défavorable à cette plante.
 
Le contrat se compose de plusieurs phases :
- Elévation mécanique du niveau topographique de l’étang (comblement par déblais-remblais).
- Arrachage manuel des éventuelles repousses de Jussie et de Lagarosiphon les 4 années suivantes.
- Semi de Phalaris et plantations d’espèces de la forêt alluviale
- Information des usagers et recommandations sur les plantes envahissantes.
  
 
 
 
La première phase du contrat (rehaussement du fond de l’étang) a été réalisée en octobre 2011. Des travaux d’arrachage de Jussie, de plantation de Frênes et de semi de Phalaris ont été réalisés en 2012. Le Grand Lagarosiphon n’a pas été revu sur le site.

 
 
 
 
 
 
 
 

Contrat de reconversion d’anciennes plantations en forêt alluviale

 
Le Conservatoire d’espaces naturels Auvergne en collaboration avec plusieurs partenaires élabore un contrat Natura 2000 ayant pour objectif de reconvertir des anciennes plantations en forêt alluviale. Il s’agira pour le Conservatoire de définir, avec les propriétaires intéressés, les actions nécessaires pour permettre à la forêt alluviale de se développer sur les parcelles concernées. En termes de gestion, la priorité sera donnée à un accompagnement de la régénération spontanée (entretien, surveillance…). Dans certains cas le nécessitant, des plantations pourront être effectuées.